ZEUS
CONARDEVIRUS
IL FAIT BON VIVRE AU VILLAGE DE MARKAS

FRANCK LEPLUS

À PARAÎTRE

Résumés :
ZEUS
Dans une démocratie occidentale, on assiste aux tribulations de Manuel, dit Zeus, et de son épouse Bérangère, confinés au palais de la République, soumis aux affaires de la nation et aux difficiles positions, réflexions, actions diplomatiques des périodes de crises… Comment diriger et préserver son pouvoir ? Tout rapprochement avec un gouvernement connu et des personnalités publiques reconnues ne serait que fortuit. Pour les fous rires, laissez-vous aller !

CONARDEVIRUS
Gilberte, une vieille dame au tempérament bien trempé, vit la difficile période de la pandémie dite du Covid 19. Sa nièce Marie et Christophe, le petit ami de cette dernière, viennent parfois lui offrir leurs services. Elle est également visitée par son médecin traitant – le protecteur sanitaire – et le facteur qui lui apporte des colis bienvenus. Son amie Marcelle portée sur la gente masculine chamboule un peu ses habitudes.

IL FAIT BON VIVRE AU VILLAGE DE MARKAS

Dans un village du Moyen Âge nommé Markas, le chef du village fait face aux inventions sociales et techniques. Il doit administrer au mieux ses ouailles sans trop entrer dans des conflits perturbateurs. Il a fort à faire avec les regards intergénérationnels, l’émancipation, les découvertes des jeunes gens, le droit des femmes… Le Moyen Âge n’est pas une période si facile à vivre. Une fois encore, l’imagination fertile et sagace de l’auteur a fait des siennes…

Sortie en septembre (2-9-23)

L'auteur

Franck Leplus est auteur sociétaire de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques, membre de la Société des Gens de Lettres et de l’association des écrivains associés au théâtre. Il est également metteur en scène et formateur dans un atelier théâtral du Nord de la France. Il a écrit plus de trente comédies et drames, plusieurs seul(e)s en scène et quelques 150 sketches. Il écrit également pour la radio et la télévision. Il est l’auteur du dicton : « La vie est un tissu dont on ne reconnait pas la meilleure étoffe… Heureux celles et ceux qui savent tricoter ! »