La Route Hannibal – de Jean-Sylvestre Morabito

15.9926.00 TTC

Depuis 2238 ans, les itinéraires suivis par Hannibal et ses célèbres éléphants à travers la Gaule transalpine et les Alpes en -218 BCE, n’ont cessé de dériver sur le continent, menant à pratiquement tous les cols depuis Larche jusqu’au Grand-Saint-Bernard

Effacer

Garantie: A vie

Ajouter aux Favoris
Comparer Report Abuse

Depuis 2238 ans, les itinéraires suivis par Hannibal et ses célèbres éléphants à travers la Gaule transalpine et les Alpes en -218 BCE, n’ont cessé de dériver sur le continent, menant à pratiquement tous les cols depuis Larche jusqu’au Grand-Saint-Bernard. La nouvelle édition de la route Hannibal, abondamment illustrée, apporte une résolution péremptoire à cette énigme bimillénaire. En remettant tout d’abord la route Hannibal sur le droit chemin de l’antique voie d’Héraklès dans son environnement paléogéographique du IIIème siècle BC. Depuis son départ. Et non, comme dans la plupart des thèses, à partir du choix préalable, à priori et arbitraire d’un col puis d’acrobatiques ajustements « par l’absurde »… Toutefois il est prouvé qu’en définitive, Hannibal ne soit jamais passé par ce col. Ce que confirme Pompée lui-même dans une lettre au Sénat de Rome. Maints auteurs notoires ont déjà démontré que l’armée punique a été détournée bien avant le col du Montgenèvre par les gorges du Guil vers des nasses et des cul-de-sacs dans la seule intention de la piller. Pour se sortir de ce piège, les soldats carthaginois, « après s’être heurtés à des endroits impraticables » – comme l’évoque précisément Tite-Live – sont finalement tombés sur la seule issue de secours praticable pour une armée, obligée, inéluctable et évidente qui se présentait dans ce secteur: celle du col d’AGNEL. La plaque est d’ores et déjà apposée par l’office de tourisme de Molines-en-Queyras sur le Rocher d’Hannibal, 2 km après Fontgillarde. Cela vient témoigner par d’ailleurs que cette thèse du transit des soldats d’Hannibal par le col d’AGNEL n’est pas inédite. Les nouveaux arguments déterminants et difficilement contestables qui sont apportés en étayent la démonstration : notamment la parfaite concordance des distances, de la topographie et de la géologie du site avec les mentions et l’ensemble des descriptions détaillées qu’en fournissent en parfaite concordance aussi bien Polybe que Tite-Live. Ainsi, parmi tous les grands itinéraires historiques, la “ROUTE HANNIBAL” doit désormais figurer sur les cartes touristiques au même titre que la « la voie Domitienne » et la « route Napoléon ».

Poids 125 g
Livre papier ou ebook ?

Livre papier, Ebook

Nombre de pages

170

Reviews

There are no reviews yet.

Only logged in customers who have purchased this product may leave a review.

L'Information Sur Les Fournisseurs

  • Nom Du Magasin: Ilion Editions
  • Fournisseur de: Ilion Editions
  • Adresse:
  • Aucune cote n'a encore trouvé!

Depuis 2238 ans, les itinéraires suivis par Hannibal et ses célèbres éléphants à travers la Gaule transalpine et les Alpes en -218 BCE, n’ont cessé de dériver sur le continent, menant à pratiquement tous les cols depuis Larche jusqu’au Grand-Saint-Bernard. La nouvelle édition de la route Hannibal, abondamment illustrée, apporte une résolution péremptoire à cette énigme bimillénaire. En remettant tout d’abord la route Hannibal sur le droit chemin de l’antique voie d’Héraklès dans son environnement paléogéographique du IIIème siècle BC. Depuis son départ. Et non, comme dans la plupart des thèses, à partir du choix préalable, à priori et arbitraire d’un col puis d’acrobatiques ajustements « par l’absurde »… Toutefois il est prouvé qu’en définitive, Hannibal ne soit jamais passé par ce col. Ce que confirme Pompée lui-même dans une lettre au Sénat de Rome. Maints auteurs notoires ont déjà démontré que l’armée punique a été détournée bien avant le col du Montgenèvre par les gorges du Guil vers des nasses et des cul-de-sacs dans la seule intention de la piller. Pour se sortir de ce piège, les soldats carthaginois, « après s’être heurtés à des endroits impraticables » – comme l’évoque précisément Tite-Live – sont finalement tombés sur la seule issue de secours praticable pour une armée, obligée, inéluctable et évidente qui se présentait dans ce secteur: celle du col d’AGNEL. La plaque est d’ores et déjà apposée par l’office de tourisme de Molines-en-Queyras sur le Rocher d’Hannibal, 2 km après Fontgillarde. Cela vient témoigner par d’ailleurs que cette thèse du transit des soldats d’Hannibal par le col d’AGNEL n’est pas inédite. Les nouveaux arguments déterminants et difficilement contestables qui sont apportés en étayent la démonstration : notamment la parfaite concordance des distances, de la topographie et de la géologie du site avec les mentions et l’ensemble des descriptions détaillées qu’en fournissent en parfaite concordance aussi bien Polybe que Tite-Live. Ainsi, parmi tous les grands itinéraires historiques, la “ROUTE HANNIBAL” doit désormais figurer sur les cartes touristiques au même titre que la « la voie Domitienne » et la « route Napoléon ».